Les choix des jeunes en matière de sexualité et de procréation peuvent avoir des répercussions sur leurs droits fondamentaux. Ainsi, la grossesse chez l’adolescente peut entraîner l’abandon de la scolarité et priver les filles de leur droit à l’éducation. Une méconnaissance des questions liées à l’égalité des sexes peut conduire à la discrimination et à d’autres problèmes liés aux droits de la personne.

L’importance de l’éducation sexuelle a été reconnue par de nombreux accords internationaux. Le Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement, adopté en 1994, invite les gouvernements à dispenser une éducation sexuelle qui soit proposée à la fois dans les écoles et au niveau de la communauté, adaptée à l’âge, et qui commence dès le plus jeune âge, afin d’encourager des décisions mûrement réfléchies et viser à éliminer les inégalités entre les sexes.

La question du droit à l’éducation et à la santé s’inscrit également dans la Convention relative aux droits de l’enfant et est approfondie dans le rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l’éducation, entre autres instruments relatifs aux droits de la personne. Les conventions relatives aux droits fondamentaux soulignent également la corrélation entre les problèmes de santé sexuelle, notamment les IST et le VIH, et les violations des droits de la personne, notamment la violence. Elles précisent bien que l’éducation complète à la sexualité doit aborder ces deux questions.

Open chat
Hello, Contactez-nous directement sur WhatsApp !